Le commissaire à l'intégrité du secteur public, Mario Dion, conclut qu'un acte répréhensible a été commis par l'ancienne présidente du Tribunal canadien des droits de la personne

News Release Type
Communiqué
Publication Date

Ottawa, le 18 avril 2013 – Aujourd’hui, le commissaire à l’intégrité du secteur public, Mario Dion, a déposé aux deux chambres du Parlement un rapport sur un autre cas fondé d’actes répréhensibles dans le secteur public fédéral. Il conclut dans son rapport que la conduite de Mme Shirish P. Chotalia, ancienne présidente du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) constitue un cas grave de mauvaise gestion au sens de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles.

« Mme Chotalia a fait preuve de harcèlement et d’abus à l’égard du personnel et des membres nommés du TCDP, a refusé de tenir compte de leurs conseils et a créé un milieu de travail dysfonctionnel, mettant en péril la capacité du TCDP d’accomplir son mandat », a déclaré le commissaire Dion dans son rapport. « J’aimerais saluer le courage de ceux qui ont décidé de communiquer avec le Commissariat afin de divulguer des actes répréhensibles », a t il précisé.

Dans ce rapport, il est mentionné que Mme Chotalia a harcelé, de manière répétée, des employés à tous les échelons, en parlant d’eux en des termes péjoratifs, en mettant en question leurs compétences devant leurs collègues et en diffusant de fausses informations à leur égard en milieu de travail. Lors de réunions et en présence d’autres employés, Mme Chotalia faisait preuve d’une attitude dégradante et humiliante à leur égard. Elle soulevait fréquemment des problèmes de santé personnels des employés, revenait sur le sujet d’un désaccord passé et attribuait à des employés, de manière injustifiée, la responsabilité pour des erreurs commises. Dans certains cas, des personnes fondaient en larmes par suite des humiliations qu’elle leur infligeait en public.


Le commissaire Dion a formulé une recommandation à l’égard du président par intérim du TCDP : l’évaluation de la nécessité d’avoir une initiative sur le mieux être en milieu de travail et la mise en œuvre de moyens connexes pour soutenir les membres du personnel qui ont fait l’objet de harcèlement et d’abus de la part de l’ancienne présidente. Le commissaire Dion souhaite également souligner qu’il est important que le gouvernement évalue correctement  les comportements et l’attitude de candidats éventuels à l’égard de leurs subordonnés avant de procéder à la nomination d’un administrateur général ou d’un premier dirigeant dans le secteur public fédéral.

« À mon avis, il est primordial de souligner le rôle important qu’occupe le gouvernement dans les nominations, compte tenu des conséquences considérables que les actes des hauts dirigeants peuvent avoir sur ceux qui relèvent d’eux et sur la confiance des Canadiens à l’égard des fonctionnaires et des institutions publiques », a déclaré le commissaire.

 

Veuillez consulter le rapport pour obtenir des précisions supplémentaires.

-30-

 

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec :

Edith Lachapelle
Gestionnaire, Communications
Commissariat à l’intégrité du secteur public du Canada
Téléphone : 613-946-2138
Courriel : Lachapelle.Edith@psic-ispc.gc.ca